(Voir plus haut)

« Trois âmes en rade sur un bateau.
Trois corps en vrac sur un radeau.
Trois voies accordées, désencordées, sous un chapiteau. Chut ! »

Jacques Rebotier, auteur, compositeur, poète, créateur inclassable, écrit (Voir plus haut) en 1998 pour le spectacle d’étude de la 10ème promotion de l’École Nationale des Arts du Cirque de Châlon-en-Champagne. Il publie le texte dans le recueil Le désordre des langages III édité aux Solitaires Intempestifs.
 

(Voir plus haut) n’est pas une fable. Présenté comme un journal de bord, le texte propose un voyage tangible où l’itinérance, la différence, la vie en collectivité, offrent une dimension onirique au spectateur-auditeur. On entre sur la piste comme on part en mer, avec le même rêve mais aussi le même risque. On tente le tout pour le tout, après tout ? A travers l’écriture poétique et engagée de Rebotier, la vie exulte : l’on se parle, l’on dîne, l’on partage, l’on s’aime ! (Voir plus haut), c’est aussi (surtout !), un hommage à la vie avec tout ce qu’elle comporte d’anomalies, d’ambivalences et d’évidences « la vie dure, c’est pour ça qu’elle est dure. La vie court, c’est pour ça qu’elle est courte.»

“Notre trio à l’énergie joyeuse, c’est la compagnie de cirque, c’est l’équipage marin, c’est la troupe poussiéreuse mais radieuse. Embarquons !”

Mon Vieux !

On les appelle les vieux, les anciens, les ancêtres. On n’aime pas trop rouler derrière eux parce qu’ils n’avancent pas. On n’aime pas trop les voir faire la queue du grand magasin le samedi parce que franchement, ils pourraient pas y aller en semaine ? On repousse le moment de la visite parce qu’on sait déjà qu’on va s’ennuyer ferme. Et quand en plus ils commencent à perdre la tête, c’en est trop ! Direction la maison de retraite. En attendant.

C’est avec bienveillance et intérêt qu’Estelle Bezault (comédienne & metteure-en-scène), Eric Martinen (réalisateur) et Aurélien Claranbaux (musicien, technicien son) feront découvrir aux résidents des foyers de Vesdun et Saulzais-le-Potier (18) le travail du cinéma à travers notamment l’écriture, l’image et le son. Leur réflexion s’appuiera sur la vieillesse et le handicap dans le but de créer, avec l’ensemble des participants, un court-métrage documentaire.